[lA] | Colloque international corps mobiles_Maison de la recherche de Paris 3
22895
post-template-default,single,single-post,postid-22895,single-format-standard,qode-social-login-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Colloque international corps mobiles_Maison de la recherche de Paris 3

Le groupe de recherche de l’IRCAV « Mobile Création » a le plaisir de vous annoncer que  la sixième saison de son colloque annuel autour pour thématique « Corps et Mobiles ». Ce colloque souhaite aborder la dimension encorporée (embodiement) des pratiques des terminaux mobiles (du smartphone à la smartwatch en passant par les capteurs connectés et les casques VR de type cardboard) à la fois au plan des usages créatifs ordinaires que des appropriations artistiques de ces outils et applications. La mobilisation du corps est, de fait, peu abordée dans les études portant sur les technologies de communication numériques. Cependant, elle intervient d’une part dans la pratique mobile ordinaire avec une invention de micro-gestes (swiping, scrolling, tapping…) ou un univers sonore spécifique (notifications, vibrations…). Elle s’étend aujourd’hui avec le développement des capteurs connectés mobiles mettant en données la corporéïté et donne lieu à tout un ensemble de jeux de langage modelés par les applications de messagerie mobiles consistant à communiquer de façon de plus en plus minimale (par un reactbutton, un gif, un emoji) son état affectif. En parallèle, les réseaux socio-numériques se virtualisent avec des offres comme la social VR de la plateforme facebook qui passent par l’usage d’un casque couplé à « simple smartphone » à la fois écran et magasin d’applications. D’autre part, dans les disciplines artistiques de la performance corporelle, des propositions créatives sont réalisées à partir de l’usage d’applications mobiles ou de capteurs connectés. Et de nouvelles expériences corporelles sont également quêtées par des performers d’un genre nouveau comme les body hackers venant s’augmenter d’implants et de puces connectés dont les données sont renvoyées sur des sites mobile et questionnant par ces pratiques l’unicité des humains. De nouvelles matières d’expression artistiques comme les données des corps captés et de nouveaux dispositifs de création et médiation comme les objets mettables, les micro-capteurs mobiles ou les casques cardboard de réalité virtuelle restent ainsi à décrire.

BODIES IN VR

EMBODIEMENT

Mardi 5 décembre Frederick Thompson et moi même présenteront le travail sur le traitement des corps entre espace réel et virtuel  les enjeux du corps dans le Projet « Near Dante Experience » et « The Promises Of Monsters »

http://www.mobilecreation.fr/