[lA] | Luxembourg Second [e]dentity
21827
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-21827,qode-social-login-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Luxembourg Second [e]dentity

Ce TPFE (travail personnel de fin d’étude d’architecture, sous la directions de Philipe Simon, à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Malaquais) s’intéresse aux phénomènes des ‘Technologies de l’Information et de la Communication’ (TIC). Il part d’un premier constat qu’elles ne sont plus réservées à des domaines spécifiques, qu’elles ne sont plus un phénomène mais qu’elles ont d’ores et déjà changé l’organisation des hommes et des territoires. Elles ont donné naissance à de nouveaux liens, utiles à l’individu, aux hommes, à la société et les institutions. On parle alors de société de l’information ou de la connaissance : après la révolution 1.0 (agriculture), la révolution 2.0 (l’industrie et l’invention de l’imprimerie), la révolution 3.0 ? Partant de ce constat ce TPFE s’intéresse à la rencontre logique des TIC et de la pratique de l’architecture, non pas en tant qu’élément de conception mais en tant qu’élément intégrant la ville, l’architecture, le design et l’homme. Architectes et urbanistes ne sont plus les principaux acteurs de la ville. Il s’agit d’exposer leurs pratiques à de nouvelles questions, à de nouveaux enjeux tout en cherchant à confronter l’architecte aux différents concepts d’espace et par conséquent repositionner sa pratique à l’intérieur de l’espace contemporain.

+

Comment la compétence d’architecte peut-elle proposer un projet d’aménagement urbain superposant une structure spatiale réelle et une structure spatiale virtuelle, vecteur d’identité urbaine et sociale ?

+

Pour discuter de ces notions, ce TPFE choisit l’exemple très particulier du Luxembourg. Sa transformation en une ‘société de service’, pronostiquée pour les décennies à venir, est pour le pays déjà une réalité. Ce qui n’est pas sans conséquence sur le développement social, économique et urbain. Sur fond de globalisation le Luxembourg voit son pays, sa ‘ville état’ et sa population subir de grandes mutations. Comment le Luxembourg va-t-il pouvoir conjuguer deux exigences apparemment contradictoires que sont la sauvegarde d’une identité et d’un patrimoine luxembourgeois, déjà fragiles, ‘ nous voulons rester ce que nous sommes’ (devise du pays) et sa volonté d’asseoir ses positions de centre régional, centre de l’Europe, place financière et culturelle, véritable plate-forme ‘euro-régional’, dont l’objectif est de devenir un modèle européen ?


Un destin qui aujourd’hui concerne aussi bien les autochtones qu’une population ‘hors sol’ multiculturelle et mobile. Pour ces raisons ce TPFE travaille à l’élaboration du projet ’Luxembourg second(e)dentity’. L’idée est d’offrir l’expérience d’un espace hybride, à la fois virtuel, dans le Métaverse Second Life et réel sur l’ensemble du territoire. Un ‘aménagement urbain hybride’ réponse possible d’un cahier des charges Luxembourgeois compilant différents enjeux et défis pour les prochaines décennies à venir, aussi bien pour sa ville que son pays. Une intervention qui s’exprime à toutes les échelles (de l’individu aux territoires…) par le biais d’espace de nature différente (naturel ou artificiel). Sur le territoire cette intervention se manifeste au travers de ‘microarchitectures’ mises en réseau grâce aux TIC et l’interface ‘Second life’. Elles investissent différents lieux et ont pour but de révéler un territoire, susciter l’échange, mobiliser différents types de population, résidents étrangers, autochtones ou visiteurs, à la construction d’un destin commun ; mais c’est aussi retrouver une identité urbaine pour offrir une meilleure lisibilité du territoire, communiquer sur le Luxembourg, et pourquoi pas, lui trouver, grâce à ce projet innovant, une ’image de marque’ tant convoitée par ses dirigeants. Et enfin de par sa nature, cette intervention répond à une des questions majeures évoquées dans le livre blanc du projet e-city lancé par la ville du Luxembourg, à savoir comment éduquer à l’outil informatique, le démystifier et populariser le nouveau mode d’interaction entre le citoyen et la ville. C’est donc aussi répondre aux différents enjeux de la ville du Luxembourg dans sa mue vers la société du savoir.

>>>  Luxembourg Second (E)-dentity link

Category

interview . texte . R&D

Tags
Luxembourg, recherche, second life